Partagez l’expérience de Pascale 2018-07-26T10:15:31+00:00

PARTAGEZ L’EXPERIENCE DE PASCALE

J’ai dépassé la quarantaine, les enfants sont partis du nid, la vie est sereine, tranquille ; Ma vie à Paris me permet de me cultiver, assister à des spectacles, voir des expositions et de profiter de cette ville merveilleuse de jour comme de nuit.

Je suis opticienne donc je peux vous parler des verres correcteurs pendant des heures mais je peux aussi vous faire partager mon expérience en tant que porteuse de lunettes.

Je porte des verres progressifs depuis l’âge de 48 ans.
J’ai commencé lorsque mes bras n’étaient plus assez longs pour tenir mon bouquin, lorsque j’ai commencé à me rapprocher pour lire le nom des rues…
Je peux vous affirmer que :

LES VERRES PROGRESSIFS C’EST 90% DE BONHEUR !…

…et je vais vous expliquer comment créer du bonheur avec les 10% restant !

Quand je regarde au loin, je regarde dans la partie haute de mes verres
Quand je travaille sur mon ordinateur portable, je regarde au milieu de mes verres
Quand je lis, je regarde dans la partie basse des verres.
Je bouge les yeux et moins la tête verticalement.

Je porte mes progressifs la journée, pour recevoir mes clients, écrire les dossiers, lorsque je fais du vélo (mes verres foncent au soleil et c’est un vrai bonheur), lorsque je marche dans la rue ou lorsque je conduis. Jusqu’ici tout va bien…

Jusqu’à ce que je décide de travailler sur un grand ordinateur fixe.

L’ordinateur était devant moi à 60 cm de mes yeux environ. Je me suis mis à pencher la tête en arrière pour scruter mon ordinateur et pour que mon regard passe par la vision intermédiaire, au milieu du verre, celle qui permet de bien voir à 60 cm. Au bout de 2 jours, j’avais mal aux vertèbres cervicales.
J’ai compris qu’il me fallait «des verres différents, de travail : à grande profondeur de champ».
Avec ces nouveaux verres, je vois parfaitement bien mon ordinateur car je suis en haut du verre dans une plage de vision adapté de 60cm à 1,20m et lorsque je baisse les yeux, je vois mon clavier car le bas du verre est adapté à une vision de près à 40cm.
Ces verres sont évidemment parfaits pour les radiologues, les musiciens, regarder des expositions de peintures et toutes ses activités qui nécessitent une vision de 60cm à 1,20m en haut de verre.

Lorsque je suis partie crapahuter dans les montagnes caillouteuses du Cap Vert avec mes verres progressifs,

j’ai compris qu’il me fallait une paire de verres adaptés à la marche :
En regardant mes pieds pour ne pas tomber sur les pierres, je voyais flou tout à coup, j’étais dans le champ de la vision de près ! Il fallait que je baisse ma tête pour arriver à regarder dans la partir de la vision intermédiaire. En revenant à Paris, Je me suis donc commandée une paire de verres en simple vision de loin. Je me suis rendue compte que je pouvais les utiliser également pour faire du ski, voir un spectacle ou regarder un film : je ne suis plus gênée par la vision à 40cm qui se situe dans le bas du verre lorsque je suis en hauteur dans la salle et que je dois regarder les sous-titres.

Le soir, j’aime bouquiner dans mon lit, assise ou allongée.

Avec mes « progs » (eh oui, on les appelle comme ça dans notre jargon d’opticiens), je suis souvent dans la partie haute du verre, en vision de loin et je vois tout flou, donc je me suis commandée une paire de verres en vision de près. Cette paire de lunettes me permet donc de lire allongée et d’avoir un plein champ de vision de près.

 

Parce qu’il y a toujours des solutions pour bien voir, nous vous attendons Chez Bastille Optic pour vous informer et vous conseiller.